Office de Tourisme Pasquale Paoli

Saint-Michel : les étapes de cinq siècles d’Histoire

Presses - //

Saint-Michel : les étapes de cinq siècles d’HistoireSaint-Michel : les étapes de cinq siècles d’HistoireSaint-Michel : les étapes de cinq siècles d’Histoire

Voir sur google Map

Saint-Michel : les étapes de cinq siècles d’Histoire

SERENA DAGOUASSAT

 La mairie entretient régulièrement ce patrimoine en mettant sur pied des campagnes de travaux et de restauration.

L’église paroissiale de Piedigriggio n’a pas encore dévoilé tous ses secrets. Située en plein cœur du village, ces nombreuses caractéristiques attirent les historiens : "Au départ, le village se situait beaucoup plus haut, au niveau des crêtes, et l’ancienne église était en plein maquis vers le lieu-dit de Castiglione", affirme Jean-Martin Colonna, deuxième adjoint de la commune.

Le "vieux" Piedigriggio a été durant de longues années un terrain de jeu pour de nombreux archéologues. Des tessons datés de l’âge du bronze ont été retrouvés par Jean-Claude Ottaviani, Jacques Magdeleine et Antoine Amadei, tous les trois membres de la Société Archéologique de Haute-Corse. L’ancienne église, quant à elle, aurait été construite entre le Xe et le XIIe siècle. Hélas, il n’en reste plus rien à l’heure actuelle. Lorsque les habitants de Piedigriggio se sont déplacés plus bas dans la vallée, les pierres de l’édifice ont servi de base pour les nouvelles habitations. Ce n’est qu’à la toute fin du XVe siècle que des maçons italiens décidèrent de reconstruire l’église. "Elle a été bâtie en deux fois : une première partie a été érigée à la toute fin du XV e siècle avec des pierres de taille. Ce qui est d’ailleurs très intéressant, c’est que les pierres qui ont été utilisées pour cette église ressemblent étrangement à celles du château de Serravalle, situé au nord de la commune de Pratu di Ghjuvellina, qui fut également construite à la même époque", souligne Jean-Martin Colonna. Ce n’est que cinquante ou soixante ans plus tard que Faccendino Colonna décida d’agrandir l’église du village.

Il faudra cependant attendre la fin du XIXe siècle pour voir la construction du clocher. Celle-ci s’est accomplie en deux fois puisque la partie haute du bâtiment ne sera terminée qu’en 1927 : "Une des caractéristiques de notre clocher est qu’il n’est pas accolé à l’église", précise encore Jean-Martin Colonna.

Et ce n’est pas la seule particularité du bâtiment, puisque la présence de deux cadrans solaires interroge toujours à l’heure actuelle. Celui de la façade sud indique le matin, tandis que celui de la façade est indique le soir. Plusieurs inscriptions latines sont encore bien visibles, qui parlent essentiellement de saint Michel, le saint protecteur du village, mais également de la Vierge Marie ou encore de certains passages de la Bible.

L’intérieur de l’église n’est pas moins surprenant. Un magnifique orgue y a été installé en 1863 : "Il a été conçu vers 1813 mais n’était pas destiné à l’église de Piedigriggio et des recherches sont toujours en cours pour en déterminer le lieu d’origine", remarque Michel Orsini, habitant du village. Cet orgue pourrait provenir de Balagne mais rien n’est sûr : "Ce qui est triste, c’est qu’à l’heure actuelle personne n’en joue puisque le dernier organiste titulaire est mort pendant la Première Guerre mondiale", précise encore Jean-Martin Colonna. De nombreuses fresques et tableaux, vraisemblablement de l’époque baroque, décorent l’intérieur de l’église.

Une commune qui prend soin de son patrimoine

La construction de l’église et de son clocher s’est faite en plusieurs étapes, à partir du XVe siècle.

Les habitants de Piedigriggio sont très attachés à leur village et plus particulièrement à leur patrimoine. L’église Saint-Michel a déjà subi de nombreuses rénovations : "La mairie s’investit chaque année pour valoriser et restaurer l’édifice. Nous avons refait l’électricité et les boiseries il n’y a pas longtemps. Des peintres italiens sont également venus pour repeindre les fresques qui commençaient à s’abîmer." Certains tableaux ont même été envoyés à Florence pour y être restaurés. Les orgues ont été rénovés en 2003 par Jean-Louis Loriaut à Cervione. La façade du clocher s’est faite une seconde jeunesse dans les années 2000, en même temps que les cloches.

Il reste néanmoins plusieurs problèmes à régler. Tout d’abord celui de l’humidité : "L’eau s’infiltre dans les murs de manière significative, regrette Jean-Martin Colonna, et cela devient préoccupant. Nous avons en projet de faire des travaux de drainage afin de régler tout ça." La mairie souhaite également mettre des chauffages à l’intérieur du bâtiment pour plus de confort. Une partie du carrelage a été refaite pour pouvoir y placer les squelettes mis au jour pendant les périodes de travaux : "A l’époque, les gens enterraient les corps autour de l’église si bien qu’à chaque fois que nous décidons d’engager des rénovations, nous trouvons des restes humains et cela a tendance à compliquer les choses, souligne-t-il. C’est pour cela que nous les déplaçons et que nous les mettons sous l’église, dans un petit endroit à l’écart des fidèles."

Une église qui a encore de longues années devant elle et que les habitants chérissent depuis près de cinq siècles.

Saint Michel est le saint protecteur du village.



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte