Office de Tourisme Pasquale Paoli

L’élévation fraternelle des sonneurs d’a Ciconna

Presses - //

Voir sur google Map

L’élévation fraternelle des sonneurs d’a Ciconna

M.-A. I.
Cette année, les jumeaux Olivier et Jean-François Sabiani seront à la manœuvre dans le clocher de Casamaccioli.

Aujourd’hui, la paroisse A Santa di U Niolu va de nouveau résonner de la ferveur des fidèles venus de tous les horizons, mais aussi des tonalités particulières qui vont s’élever depuis son campanile.

Car même si un mécanisme électronique permet d’appeler les fidèles à la prière, sans avoir besoin de gravir les échelles du clocher, la tradition des mesures manuelles perdure.

Une pratique qui participe sans conteste au charme de l’événement marial, mais qui est également utilisée pour d’autres célébrations. "Cela s’est toujours fait mais il est surtout important de souligner que nous ne sommes pas les seuls à le faire, insistent Olivier et Jean-François Sabiani. D’autres le font aussi, y compris des jeunes."

Pour les jumeaux âgés de 45 ans, l’esprit de famille et du village ainsi que l’attachement aux traditions prédominent .

"Nous avons commencé à l’âge de treize ans. Nous avons appris avec les plus anciens. La transmission s’est faite naturellement, développent-ils. Nous nous sommes toujours investis en famille autour de l’église. Notre grand-mère nous a raconté que notre arrière-grand-père sonnait les cloches avec son fils."

"Autrefois, nous nous faisions la main durant la neuvaine précédant la fête mariale" rappelle Olivier. "Avant la rénovation du clocher, à la fin des années 1990, nous montions en grimpant sur la petite corniche qui ceinture l’édifice et on se hissait par une ouverture de côté, se souvient Jean-François. Mais depuis, les escaliers ont été refaits (des échelles dressées parallèlement aux murs auxquels elles sont scellées, NDLR) et c’est plus facile."

Gémellité et fraternité

Des propos glissés en dehors de leurs habitudes, car de la même manière qu’ils opèrent pour faire chanter les trois cloches du campanile, c’est à l’unisson qu’ils préfèrent s’exprimer. La possible complémentarité liée à leur gémellité ne suffit pas à expliquer le parfait accord qui les lie dans ce domaine. "Peut-être que d’être jumeaux aide, mais nous avons surtout toujours été habitués à travailler ensemble. En plus, c’est assez facile. C’est la grosse cloche qui donne le rythme et il n’y a que quatre notes. Il n’y a donc rien d’exceptionnel. Il faut simplement avoir un peu l’oreille musicale, être un peu tonique et laisser chanter les cloches. Le plus important est d’être une équipe, assurent-ils. Nous sonnons a Ciconna (ensemble de cloches accordées harmonieusement, NDLR) le 8 septembre et, comme nous faisons aussi partie de la cunfraterna, lors de la procession, ce sont les anciens qui montent dans le clocher, précisent-ils. Nous les sonnons aussi le 19 janvier, lors de la fête de Saint-Antoine Abbé. Il nous arrive également de sonner le glas pour des obsèques car certaines personnes préfèrent que ce soit fait à la main." La fraternité apparaît ainsi tel un principe inaliénable et spécifique, à l’instar des sonorités propres à a ciconna niulinca.

Le programme du jour

Interdiction de l’accès au champ de foire en véhicule à partir de 8 heures. 8 h 30 : messe. 10 h 30 : grande messe en présence de l’évêque, suivie de la Granitula. 14 h 30 : conférence : "L’âne Corse" par Olivier Fondacci. De 15 h à 18 h : démonstration de coutellerie et atelier de vannerie. La Poste présentera son nouveau timbre "Le Monte Cinto" vendredi de 13 h à 18 h, et samedi et dimanche de 10 h à 18 h. Tous les jours, animations, ateliers et démonstrations d’artisans seront proposés sur le champ de foire. Des chants seront présents dans toutes les buvettes. Animations et manèges seront prévus pour les enfants.



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte