Office de Tourisme Pasquale Paoli

A Traversata Maiò, un itinéraire pour parcourir la Corse à vélo

Presses - //

gt20gt20

Voir sur google Map

A Traversata Maiò, un itinéraire pour parcourir la Corse à vélo

IRÈNE AHMADI
Nanette Maupertuis a testé pour vous, et elle a approuvé.
Aller de Bastia à Portivechju en pédalant est désormais possible grâce au GT20. Cette initiative portée par l’ATC valorisant le cyclotourisme afin de développer l’économie locale tout en préservant l’environnement
Le coupage du ruban, une manière d’officialiser l’inauguration de la Traversata Maiò.

Parcourir la Corse du Nord au Sud, en vélo de route, vélo tout-terrain (VTT) ou vélo à assistance électrique (VAE), est désormais possible.

Hier, le projet de La grande traversée appelée A Traversata Maiò ou GT20, était inaugurée au col de Verghju. Si ce lieu a été choisi, "c’est parce que c’est le point culminant du parcours, explique Nanette Maupertuis, présidente de l’agence du tourisme de la Corse (ATC), il est à 1 464 mètres d’altitude et est raccordé au GR20".

Des professionnels du cyclotourisme, aux élus de villages en passant par le président du Parc naturel régional de Corse (PNRC), le député Jean-Félix Acquaviva ou encore le président des Gîtes de France, de nombreux acteurs du secteur ont répondu présent à ce "baptême" de la grande traversée.

"Une preuve de l’appétence portée à ce projet", se réjouit la présidente de l’ATC, qui se dit "comblée".

L’idée de cette initiative est venue de plusieurs constats : "Nous nous sommes aperçus qu’il y avait une forte demande pour le cyclotourisme, que de plus en plus de jeunes innovaient dans l’univers du vélo et l’ATC a reçu beaucoup de sollicitations pour la mise en place de pistes cyclables." Afin d’apporter la meilleure réponse possible, "je me suis dit qu’on pouvait fédérer ces envies pour en faire un grand itinéraire", raconte-t-elle.

Ce projet porte deux objectifs principaux , "d’une part, le développement d’une action forte dans le domaine du tourisme durable, puisque le vélo est une activité douce, respectueuse de l’environnement et qui valorise le patrimoine. Mais aussi, conformément à la stratégie de l’exécutif, l’articulation entre le littoral et l’intérieur de l’île".

C’est en premier lieu le public sportif qui est visé par cette traversée, mais pas seulement. "Comme il y aura des bornes pour recharger les vélos électriques, nous visons aussi un public familial, et pourquoi pas envisager des activités de pleine nature avec les établissements scolaires", explique Nanette Maupertuis.

Les acteurs participant au projet ont symboliquement parcouru 1,5 km à vélo, jusqu’au col de Verghju, où a été inauguré le GT20.

Le cyclotourisme : des enjeux multiples

En concentrant des enjeux à la fois économiques et écologiques, l’initiative semble faire l’unanimité. "C’est un pas important pour irriguer l’économie dans les territoires de l’intérieur et les entreprises locales", déclare Jean-Félix Acquaviva, présent en tant que président du comité massif. "Je suis très heureux qu’un projet de sport doux et désaisonnalisé voit le jour", ajoute-t-il.

Du côté des élus aussi, l’enthousiasme se fait sentir : "C’est important pour nos villages", explique Jean-Jacques Gianni, maire d’Evisa, commune par laquelle passera la traversée.

"Le caractère environnemental du projet est très intéressant, cela permettra de découvrir le paysage dans de meilleures conditions que ce que l’on fait en voiture", conclut-il.

Tout ce qu’il faut savoir sur le GT20

Étendu sur 600 kilomètres, et avec 9 500 mètres de dénivelé, le parcours cyclo proposé traverse l’île du Nord au Sud.

Il compte à ce jour 12 étapes : Bastia, Centuri, San Firenzu, Belgudè, Calinzana, Galeria, Portu,Verghju, Corti, Ghisoni, Zicavu, Zonza et Bunifaziu.

Au fil de la traversée, des points de connexion avec le GR20 seront à découvrir. Pour l’heure, l’itinéraire est déjà praticable mais s’étoffera à partir de la saison 2020. Des transversales, passant au cœur des communes, permettront de raccorder les boucles locales existantes avec la dorsale principale. Notamment celle du projet européen Intense, porté par l’Ouest Corse et la Balagne avec l’ATC. Ou encore celles portées par des offices du tourisme. Une signalétique sera également mise en place afin de faciliter la traversée. Et le label Accueil vélo, qui garantit un accueil et des services de qualité aux cyclotouristes sera déployé. Il permettra l’identification de restaurants, d’hébergements et d’offices de tourisme, dans un rayon de 5 kilomètres autour de l’itinéraire.



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte