Office de Tourisme Pasquale Paoli

Ruralité et urbanisme au cœur des débats avec les maires

Presses - //

Ruralité et urbanisme au cœur des débats avec les mairesRuralité et urbanisme au cœur des débats avec les maires

Voir sur google Map

Ruralité et urbanisme au cœur des débats avec les maires

MORGANE QUILICHINI
C'est dans la salle polyvalente de Ponte-Leccia qu’Édouard Philippe a rencontré de nombreux élus pour parler ruralité et urbanisme.
La première journée de visite d’Edouard Philippe s’est terminée à Ponte-Leccia, où de nombreux maires et élus étaient invités à venir parler de leurs problématiques

La séance s’est tenue à huis clos, au sein de la salle polyvalente de Ponte-Leccia. Une rencontre de deux heures entre le Premier ministre et des élus, parmi lesquels de nombreux maires du rural. Il devait y être question d’urbanisme et de ruralité, deux problématiques souvent peu conciliables et qui cristallisent les difficultés.

En attendant l’arrivée d’Edouard Philippe, dans la grande salle où la climatisation a été poussée à fond, les discussions vont bon train. Et chacun espère qu’il en repartira avec des réponses concrètes. "Nous aimerions entendre ce qu’il y a de nouveau, affirme Pierre Castelli, maire d’Omessa, car il faut reconnaître qu’il n’y a pas grand-chose qui bouge alors que ce sont des sujets que l’on aborde souvent."

Ces sujets se résument finalement, assez facilement : "Depuis dix ans, nous essayons d’établir notre carte communale, sans succès." Echaudés par "ces gens qui viennent"sans rien apporter de concret, les édiles jurent que désormais, ils jugeront"sur pièces". Pour Jean-Marcel Bertini, premier magistrat de Castiglione, en matière d’urbanisme, c’est la complexité qui pose problème : "Nous attendons une vraie simplification car dans nos petites communes, nous n’avons ni les moyens, ni les compétences pour faire ce que l’on attend de nous. Malgré tout, ce genre de rendez-vous reste positif car il instaure un dialogue. Reste à savoir s’il en sortira quelque chose de concret."

Du concret, c’est ce que tous appelaient de leurs vœux, même si l’on avait bien conscience que deux heures ne suffiraient pas à traiter tous les sujets en profondeur : "Ils ne vont sans doute pas entrer dans les détails du Padduc, estime Stéphane Muracciole de Vivario, mais la carte communale demeure un problème. Il est compliqué d’arriver à un document d’urbanisme satisfaisant. Que l’on nous explique comment nous pouvons satisfaire les quelques demandes de permis de construire que nous recevons qui, même si elles sont assez rares, sont précieuses pour nos villages qui se désertifient, alors que justement, le faible nombre de demandes nous empêche d’ouvrir de nouvelles zones à la construction et donc, de toutes les satisfaire. C’est le serpent qui se mord la queue."

"Une première pierre"

Arrivés avec du retard, Edouard Philippe, Jacqueline Gourault et Muriel Pénicaud ont été accueillis par Vincent Cognetti, maire de Ponte-Leccia.

Dans son allocution, ce dernier a insisté sur le "besoin de soutien" des élus locaux "face à une fonction sans cesse plus exigeante". Et d’égrener : la baisse des moyens, la complexité des règles à appliquer, "le désarroi de certains de nos concitoyens face aux problèmes économiques" : "C’est dans nos communes rurales que, pour une large part, la société de demain est en train de se construire et de s’imaginer."

Deux heures plus tard, au sortir de la réunion, ceux qui formulaient des vœux se disaient plutôt satisfaits : "Chacun a pu exposer ses problèmes, souligne Stéphane Muracciole, dans une grande hétérogénéité. Nous avons obtenu une première réponse technique de la part des membres de la mission sur l’agenda rural et j’ai noté une volonté de co-construction entre l’Etat et la CdC, pour trouver un dispositif qui permettra de résoudre les problèmes que nous rencontrons. Nous avons conscience que ce sera long, mais c’est une première pierre." Pour Pierre Castelli, le début fut "intéressant" : "Une méthode de travail a été proposée par Gilles Simeoni, qui consiste à lister les problèmes que l’on rencontre, dans la loi notamment, et à essayer d’y apporter des réponses au coup par coup. Le Premier ministre a adhéré." Le rural et ses nombreuses disparités – peut-on traiter de la même manière des communes situées sur des axes routiers ou cachées au fond de vallées ? Des communes qui attirent les touristes en saison ou qui restent isolées toute l’année ? – en a grand besoin.



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte