Office de Tourisme Pasquale Paoli

Depuis le Niolu, le Corsica Raid plonge au cœur des sommets

Presses - //

raid nioluraid nioluraid nioluraid niolu

Voir sur google Map

Depuis le Niolu, le Corsica Raid plonge au cœur des sommets

BARBARA IGNACIO-LUCCIONI
"C’était vraiment chouette le canyon !, lancent les membres de l’équipe 57, venus de l’Aveyron, en quittant le Frascaghju. Pour l’instant, on gère ! Mais ça débute à peine, alors on économise nos forces." / PHOTOS JOSÉ MARTINETTI
Départ de la 2e journée hier à Calacuccia. Une véritable aventure pour les 34 équipes, venues parfois de l’autre bout du monde. Une soixantaine d’organisateurs était postée sur tout le parcours pour veiller à la sécurité de chacun
Pour l’équipe 54, venue de Charente-Maritime, dans le Sud-Ouest : "Le Canyoning était tip top et le parcours en VTT un régal !"
Les filles de la Squadra di Lecci arrivent au ravitaillement.

Un sacré défi. Pour la 2e journée de la 26e édition du Corsica Raid Aventure, les 34 équipes en lice ont débuté hier la plus délicate partie de la compétition. Partant à 9 heures de Calacuccia, dans le Niolu, les participants devaient enchaîner des épreuves en montagne durant toute la journée et la nuit, avant de se lancer, aujourd’hui, au sommet de la Paglia Orba (2525 mètres). Le tout sans dormir.

Après un parcours en VTT jusqu’au pôle coordination (PC), au parking de Poppaghja (et un bref saut au ravitaillement), les concurrents ont repris leurs vélos direction le pont du Frascaghju pour plus d’une heure de canyoning (une épreuve "hors chrono", pour profiter des paysages sans se bousculer). Le long du cours d’eau, une dizaine de bénévoles veillent à leur sécurité.

À la sortie de la rivière, Oriane et Rémy, membres de l’organisation, attendent les sportifs. "C’était super cool !", lance Virginie, venue de Belgique avec sa team, l’équipe 53. Stephen, Yoann, Franck et Benjamin, tous militaires à la base de Solenzara, se sont lancés dans l’aventure, sous le brassard 59. En bonne condition physique, ils auraient cependant "voulu être plus entraînés", avouent les jeunes hommes. Certains viennent de très loin, comme l’équipe 56 de la Réunion, ou encore Kévin Deret, Canadien, présent pour la première fois : "Physiquement, on a essayé de se préparer au mieux, mais c’est vraiment raide !, glisse-t-il. Il faut bien prévoir le ravitaillement, pour ne pas perdre de temps."

Après le canyoning, sentier à pied pour récupérer son VTT, avant de retourner au PC pour un nouveau parcours à vélo. Là, ce sont les bénévoles Maria-Teresa et Fabrice qui les attendent pour s’assurer qu’ils rejoignent la route en toute sécurité. "J’avais participé au Corsica Raid en 2017, explique le bénévole, venu de Haute-Normandie. Parfois, on aimerait être à leur place. Les journées sont aussi très longues pour nous ! J’espère pouvoir revenir l’année prochaine, mais cette fois comme coureur !"

Six équipes insulaires

Pas moins de six équipes insulaires ont aussi enfilé leurs casques pour participer à l’aventure. Dont l’équipe 2, A Cimatella, dont les membres travaillent tous à Via Stella. "Nous sommes tous passionnés de montagne, décrit Julie Doré, engagée aux côtés de Pierre-Jean Ottavi et Joseph Truddaiu dans la course et André Grazitti à l’assistance. Côté logistique, il faut anticiper tout le temps ! Par exemple, on doit déjà prendre des cordes sur nous pour demain à la Paglia Orba." Les équipes 10 (la Team Red) de Porto-Vecchio et la 15 (Squadra di Lecci) sont venues ensemble : "La course d’orientation de cette nuit (la nuit dernière, ndlr) sera déterminante", remarque Steve Enginger, assistant et sponsor de la Team Red. "Cette nuit, ce sera intense !", confirme Sandra de la Squadra di Lecci. "Ce sera une véritable épreuve d’immersion, remarque Anaïs, coordinatrice de la course sur l’ensemble des étapes. Ils devront marcher équipés simplement de lampes frontales, carte, boussole et vogue la galère !" Avant d’enchaîner, aujourd’hui, sur l’ascension de l’un des plus hauts sommets de Corse.

La Team Red, venue de Porto-Vecchio, se préparait hier pour l’épreuve d’orientation de la nuit dernière. Le temps de manger un morceau et de vérifier son matériel au camion de l’assistance.
L’équipe 59 est l’une des six équipes insulaires : Stephen, Yoann, Franck et Benjamin, tous militaires à la base de Solenzara, viennent de terminer le canyoning du Frascaghju.
BARBARA IGNACIO-LUCCIONI



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte