Office de Tourisme Pasquale Paoli

Le partage et l’amitié maîtres-mots des Fochi Paoli

Presses - //

Le partage et l’amitié maîtres-mots des Fochi Paoli

Voir sur google Map

Le partage et l’amitié maîtres-mots des Fochi Paoli

MORGANE QUILICHINI
La prochaine édition aura lieu le 25 mai et toute l’équipe est d’ores et déjà sur le pont.

En ce samedi après-midi, la pluie accompagne l’automobiliste jusqu’à mi-chemin. À Morosaglia, malgré les températures fraîches et le ciel aussi lourd qu’un tas de parpaings, ils sont là, les bénévoles de l’association qui, chaque année depuis treize ans, orchestrent I Fochi Paoli.

La prochaine édition se tiendra le 25 mai et Claude Bensimon veut croire que ce chiffre 13 lui portera bonheur. En attendant, les réunions de travail se succèdent au village pour que tout soit prêt en temps et en heure.

"Nous avons rajeuni l’équipe, explique Claude Bensimon, et remotivé les jeunes pour qu’ils s’investissent pour le village. Les trois quarts sont des chasseurs et ensemble, nous rouvrons les sentiers. Ce n’est qu’un exemple mais ensemble, nous accomplissons un travail impressionnant." En tout, l’associu compte "entre vingt et vingt-cinq bénévoles", un chiffre plutôt bon eu égard à la crise que traverse le milieu associatif. Des habitants de Morosaglia bien sûr, mais aussi d’autres villages comme Bisinchi ou de l’autre côté du col de Prato.

Et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, vu la somme de travail à abattre : "Nous commençons à parler des prochains Fochi dès que les précédents sont terminés. Nous commençons par faire un bilan et en janvier, j’attaque la programmation et je sollicite les artistes pour la soirée musicale, ce qui devient de plus en plus compliqué."

Les temps ont beau changer, la philosophie de l’événement se veut immuable : "Il n’est pas question de changer nos principes, martèle Claude Bensimon. Nous fonctionnons sans subvention et grâce au partage et à l’amitié. Il n’est pas question d’argent. Les gens qui veulent nous aider apportent de quoi boire ou manger, mais nous n’acceptons pas d’argent."

Hommage à l’abbé Jean-Claude Mondoloni

Par l’effet magique du bouche-à-oreille, le concept se répand dans la région "et les gens accrochent à l’idée" du non-commercial : "Les curieux qui viennent une fois reviennent l’année suivante, avec des amis. Des industriels et des professionnels nous aident aussi. Chaque année il y a un peu plus de monde et en douze ans, nous n’avons jamais manqué de rien."

Une soirée et une nuit avec Paoli comme moteur et le focu comme compagnon.

Et cette année, bercée par Canta u Populu Corsu et Cecce Buteau.

"Nous avons également prévu de rendre un hommage à l’abbé Jean-Claude Mondoloni qui est enterré ici à Morosaglia. C’était un homme qui aimait la macagna et la dérision et pour cette occasion particulière, Hubert Tempête va venir faire son show." La procession qui descend traditionnellement jusqu’à la statue du Babbu à l’entrée du village, poussera ainsi jusqu’à la tombe de l’abbé.

Côté chanson, "nous pouvons compter sur la présence de l’école de musique de Bastia et du violoniste Raphaël Pierre, ainsi que sur celle d’Anghjula Potentini".

Les Naziunali seront là comme chaque année, peut-être avec des cavaliers.

Le reste de la programmation demeure à affiner mais les grandes lignes sont posées.

Portés par une motivation sans faille et cet esprit sain qui ne cherche qu’à œuvrer pour le bien commun, I Fochi Paoli seront encore cette année, un moment fort du calendrier.



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte