Office de Tourisme Pasquale Paoli

Santa Lucia di Mercoriu veille toujours sur ses enfants

Presses - //

Santa Lucia di Mercoriu veille toujours sur ses enfantsSanta Lucia di Mercoriu veille toujours sur ses enfantsSanta Lucia di Mercoriu veille toujours sur ses enfantsSanta Lucia di Mercoriu veille toujours sur ses enfants

Voir sur google Map

Santa Lucia di Mercoriu veille toujours sur ses enfants

Elle veille sur ses âmes depuis des siècles. Autrefois simple chapelle, l'actuelle église Santa Lucia - sainte protectrice de Santa Lucia di Mercoriu - garde toujours ses yeux et son cœur sur le village.

Sur ses marches, de vieilles gravures effacées par les affres du temps sont les seules traces des jeux qui égayaient la vie des enfants, il y a trois siècles. Mais Santa-Lucia a été érigée il y a bien plus longtemps. On retrouve la description de l'ancienne chapelle médiévale dans un texte laissé par Mgr Mascardi, lors de sa visite pastorale, en 1589 : "Elle est située à l'extrémité du village de Santa Lucia (...) assez grande, couverte de charpente et de tuiles (...) Au milieu du mur à gauche, est peinte la passion de N S J-C (notre Seigneur Jésus Christ, ndlr) (...) L'autel construit en pierre et en chaux se trouve placé sous une abside peinte, détaille-t-il. Un cimetière entoure la chapelle (...) Le campanile s'élève près du cimetière sur un rocher et abrite deux cloches (...) le baptistère est près de la porte à gauche de celui qui entre (...) c'est un vase rond en terre, (...) le desservant a un salaire de dix écus. Le nombre des âmes est de six cents." Six cents personnes vivaient alors au cœur du village primitif, contre une centaine aujourd'hui sur l'ensemble de la commune. Cette description précise permet de situer la chapelle à l'emplacement exact de l'église actuelle, achevée en 1843. Santa Lucia n'aurait donc jamais déménagé. Située sur a Cima - la cime du village - à 823 mètres d'altitude, sa maison a toujours surplombé les actuels hameaux de la commune d'un côté, et la ville de Corte de l'autre.

Un curé sanctifié reposerait sous l'escalier de l'église

"Sous le sol de l'actuelle église, nous avons découvert un couloir central de plus de 2 mètres de haut, donnant sur des emplacements - situés sous les arches - au-dessus desquels se trouvaient des trappes par lesquels on jetait les corps des défunts, raconte Paulu Santu Parigi, maire de la commune, aux côtés d'Audrey Nannucci, agent administratif de l'OTI Pasquale Paoli, et Julien Polidori, responsable de la structure. L'une était destinée aux riches, une autre aux pauvres, une troisième aux indigents et la dernière aux enfants. À l'entrée de l'église, sous l'escalier, un curé a été enterré. La tradition orale dit qu'il aurait été sanctifié. Il aurait fait le vœu d'être enseveli sous l'église afin que tous ceux qui y entrent passent sur son corps. On raconte que celui-ci serait resté intact et que les habitants avaient prévu de le ressortir cent ans après sa mort. Mais cela n'a jamais été fait." Depuis des siècles, Santa Lucia veille sur les vivants et les défunts qui reposent humblement dans la protection de ses entrailles.

Oubliée avec le temps, la fête de la sainte a été ressuscitée en 2001 par Paulu Santu Parigi et son équipe. Celle-ci est célébrée le 13 décembre.

Pèlerinage pour retrouver la vue

Santa Lucia aurait le pouvoir de rendre la vue à ceux qui l'ont perdue. De nombreux pèlerins cheminaient donc jusqu'à son église dans l'espoir d'être touchés par ses miracles. Un chemin menant de Corte à Santa Lucia - dont le toponyme "Pillerinu" apparaît à trois reprises - confirme l'importance de la sainte pour les croyants de la région. Sur ce chemin se trouve a funtana à u Pillerinu, restaurée par la municipalité en 2013.

Sous le sol de l'église, un couloir donne sur plusieurs emplacements, où ont été ensevelis des défunts. L'église actuelle - achevée en 1843 - a remplacé la chapelle médiévale du village.

Des trésors encore à dévoiler...

 L'église possède un tableau en deux parties, installé durant la Semaine sainte pour permettre d'accéder au sepolcru. Un patrimoine sans doute unique en Corse. 

L'église de Santa Lucia renferme un patrimoine sans doute unique en Corse : un tableau gigantesque en deux parties - mesurant chacune trois mètres sur deux - que l'on installe durant la Semaine sainte, permet d'accéder au sepolcru.

"Il a été prêté au Museu di a Corsica, lors de l'exposition sur la religion en Corse, ce qui a permis de réaliser une étude sur cet immense tableau, révèle le maire. Deux anges en bois sculptés ont pu être classés grâce au travail de Joseph Orsolini. La réfection de l'autel a été réalisée par le prêtre Filippi dit Gregale." D'autres trésors attendent encore d'être dévoilés : "Une mauvaise restauration a été malheureusement réalisée dans les années 50, déplore Paulu Santu Parigi. Ma mère me racontait qu'elle avait connu des fresques sur les murs de l'église, sous les voûtes, actuellement recouvertes d'une peinture unie." Un morceau de la peinture de l'ornement de la Scène de Santa Lucia s'est détaché avec le temps, révélant un magnifique encadrement tout de bois sculpté à la main. Un bijou qui mériterait également une minutieuse et délicate restauration.


BARBARA IGNACIO-LUCCIONI 



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte