Office de Tourisme Pasquale Paoli

Trail A Paolina

Presses - //

A PaolinaA PaolinaA PaolinaA PaolinaA PaolinaA PaolinaA Paolina

Voir sur google Map

TRAIL A PAOLINA

U Babbu a encore des soldats

NOËL KRUSLIN
Ils ont été près de 200, hier, à courir la 30e édition de l'épreuve qui commémore le retour des cendres de Pascal Paoli à Morosaglia. Sur 70 km, Jérôme Charton s'est imposé pour la 3e fois en individuel

Autrefois classée parmi les plus belles courses de France par le magazine de référence Jogging International, A Paolina demeure, 30 ans après sa création, un rendez-vous à part dans le calendrier pédestre. Inaugurée en 1989, l'année du centenaire du retour des cendres de Pascal Paoli dans son village de Morosaglia, tracée sur le parcours historique qui relie L'Ile-Rousse au village de la Castagniccia, elle est aussi proche de l'Histoire qu'elle s'éloigne des formats classiques de la course à pied.

70 km pour 1800 m de dénivelé positif ! Le menu fait saliver les plus endurants friands d'aventure, il devient très vite indigeste dès que les premières foulées se heurtent à la pente bitumée. Déjà vainqueur à deux reprises, Jérôme Charton a pu le vérifier une fois encore, hier. Le sociétaire du Lucciana Atletismu n'est pas un novice de l'effort au long cours, son nouveau cavalier seul jusqu'à un troisième succès ne l'a pas pour autant préservé de la souffrance. « Dans les descentes, je n'arrivais pas à prendre de la vitesse. Dans la plaine de Moltifao, j'ai compris qu'il fallait que je gère plus que d'habitude pour aller au bout ».

Détenteur du record de l'épreuve avec un chrono de 5 h 26', Charton a compris, avant d'entamer la montée finale vers Morosaglia, qu'il n'arriverait pas à faire mieux. « J'ai coupé mon effort et je suis monté à ma main. Je savais en plus que le second était très loin derrière. J'avais de la marge, je ne voulais pas me griller car j'ai des ambitions sur le marathon de Porto-Vecchio dans 15 jours ». Le Furianais Stéphane Moulé a effet franchi la ligne d'arrivée avec un peu moins d'une demi-heure de retard, Charton a assuré son troisième sacre en 5 h 47' 10.

Les relais, autre gestion de la distance

Mais A Paolina, c'est encore autre chose. Au-delà de l'effort solitaire sur les 70 km qui n'a tenté que 7 athlètes cette année, plusieurs relais sont au programme. Avec 8, 4, 2 coureurs pour autant de classements, ainsi que le « run and bike » qui fait place au vélo. A ce jeu-là, Dominique Guardenti et Etienne Paillard se sont imposés en 5 h 41', au prix d'une gestion de course bien particulière. « 5 minutes de vélo, 5 minutes de course », confiait Guardenti une fois franchie la ligne d'arrivée. Un fractionné bien particulier...

Après un départ du port de L'Ile-Rousse à 7 heures, il n'était pas 13 heures lorsque Jérôme Charton arrivait à Morosaglia. Mais pour les coureurs de A Paolina, soldats des temps modernes qui honorent la mémoire du « Babbu di a patria », la journée fut encore longue sous le soleil de l'automne naissant. Du rythme des plus costauds à la foulée très courte des moins affûtés, l'effort aura été tout autant salué.



Presses

Mentions légales | Plan du site | © 2019 - Tous droits réservés

Conception Agence RSK & Agence Addicte